Un sifflet oreille droite en raison de la fatigue

  • Introduction
  • Causes
  • Symptômes et symptômes
  • Diagnostic
  • Soins
  • Sources et bibliographie

Plan de l'article

Introduction

Le syndrome de Ménière, nommé d’après le médecin français Prosper Ménière l’a décrit pour la première fois en 1861, est un trouble de l’oreille interne qui influence l’équilibre et l’ouïe ; il se caractérise par l’apparition de

  • vertiges sévères,
  • acouphènes (acouphènes et/ou bourdonnements dans l’oreille),
  • perte auditive et une sensation de plénitude ou de congestion dans l’oreille.

La condition est caractérisée par l’apparition d’attaques récurrentes, de durée variable, qui se suivent au fil du temps sans une fréquence précise ; si initialement les symptômes sont limités à une oreille, dans De nombreux patients éprouvent malheureusement la perception des symptômes bilatéralement.

Les affections énumérées sont souvent associées à des nausées et des vomissements, et l’étendue peut êtrede manière significative, voire d’empêcher, l’exécution d’activités quotidiennes normales ; la durée des épisodes individuels est généralement égale à plusieurs heures et la recherche suggère qu’ils peuvent être déclenchés (ou favorisés) par

  • stress,
  • fatigue, fatigue
  • détresse émotionnelle ;
  • maladie,
  • Facteurs alimentaires.

La

fréquence et la continuité du trouble sont difficiles à prévoir : les patients qui en souffrent peuvent éprouver plusieurs crises dans une courte période, suivies de mois ou d’années sans aucun symptôme. Au fil du temps, cependant, de nombreux sujets développent des problèmes persistants d’instabilité, les acouphènes et une sensation de plénitude dans les oreilles, de sorte que dans certains cas évoluent à une perte permanente du corps et # 8217 ; ouïe.

La maladie touche généralement les adultes, alors qu’elle est plus rare chez les enfants et les jeunes ; la communauté scientifique estime que six patients sur dix s’améliorentspontanément et/ou grâce à

  • régime alimentaire,
  • médicaments
  • ou d’autres approches non invasives.

Enfin, il y a un petit groupe de sujets atteints du syndrome de Ménière qui ne trouve soulagement que grâce à la chirurgie.

Dans le cas du syndrome de Ménière, le vertige est objectif (Istock.com/Dashar)

Causes

Il existe plusieurs théories sur les causes possibles du syndrome, mais aucune d’entre elles n’est universellement acceptée aujourd’hui ; le syndrome terme indique un ensemble de symptômes qui pourraient être provoqués par des causes. différent.

Certains chercheurs croient que le syndrome de Ménière est le résultat d’une vasoconstriction similaire à celle provoquant la migraine.

D’ autres spéculent que cela peut être une conséquence de

  • infections virales,
  • allergies,
  • réactions auto-immunes.

Comme le syndrome de Ménière semble avoir un schéma familier, il peut aussi dépendre depar des changements génétiques provoquant des anomalies dans le volume ou la régulation de l’endolyphe circulant dans l’oreille interne.

Les symptômes du syndrome de Ménière semblent être dus à l’accumulation de liquide dans le labyrinthe, l’espace compartiment de l’oreille interne.

Le labyrinthe contient les organes de l’équilibre (canaux semi-circulaires et otolithes) et de l’ouïe (cochléée) et comprend deux sections, le labyrinthe osseux et le labyrinthe membraneux. Le labyrinthe membraneux est rempli d’un liquide appelé endolymph qui, dans les organes d’équilibre, stimule les récepteurs pendant que le corps se déplace. Les récepteurs envoient ensuite des signaux au cerveau sur la position et le mouvement du corps. À l’intérieur de la cochlée, les vibrations acoustiques provoquent la compression des fluides, ce qui stimule la transmission des signaux des cellules sensorielles au cerveau.

Dans le syndrome de Ménière, l’accumulation d’endolymie dans le labyrintheinterfère avec l’équilibre et les bips entre l’oreille interne et le cerveau. Cette anomalie provoque des étourdissements et d’autres symptômes de la maladie.

Facteurs de risque

Le syndrome peut survenir à tout âge, bien qu’il soit plus fréquent chez les adultes âgés de 40 à 60 ans.

Ils semblent être exposés à un plus grand risque de développer des symptômes sujets présentant :

  • troubles auto-immunes, caractérisés par le système immunitaire qui attaque accidentellement ses propres tissus et organes,
  • familiarité avec la maladie,
  • déséquilibres chimiques dans le liquide présent au niveau de l’oreille interne, par exemple dus à des altérations de l’équilibre d’électrolytes spécifiques (sodium et potassium en particulier),
  • troubles circulatoires ;
  • infections virales.

Symptômes et symptômes

L’ apparition et la fréquence des symptômes du syndrome de Ménière sont soudaines et imprévisibles, ils peuventapparaissent tous les jours comme une fois par an.

Le vertige, qui est souvent le symptôme le plus débilitant du syndrome, provoque généralement un fort vertige qui oblige le patient à s’allonger ; ils sont souvent accompagnés de

  • nausées et vomissements sévères,
  • augmentation de la transpiration

et ne sont souvent pas précédés de signes prémonieux. Le vertige accusé dans le cas du syndrome de Ménière est objectif, c’est-à-dire que le sujet affecté voit l’environnement tourner.

Chez certains patients atteints du syndrome de Ménière, les attaques commencent par la perception de

  • acouphènes (bourdonnement dans les oreilles),
  • diminution de l’audition ;
  • sensation de remplissage (ou de pression) dans l’oreille affectée.

Il est important de se rappeler que les symptômes ne peuvent être prédits en aucune façon : en règle générale, l’attaque est caractérisée par une combinaison de vertiges, acouphènes et diminutionperte auditive et peut durer plusieurs heures.

La fréquence, la durée et l’intensité de ces troubles varient d’une personne à l’autre. Certains peuvent éprouver de légers vertiges certaines fois par an, tandis que d’autres peuvent occasionnellement souffrir d’acouphènes intenses et incontrôlables pendant le sommeil.

Les patients atteints du syndrome de Ménière éprouvent souvent une diminution de l’ouïe et se sentent toujours insécurisés et squameux même pendant de longues périodes. Parmi les autres symptômes du syndrome de Ménière, qui se produisent moins fréquemment, on trouve :

  • maux de tête, maux de tête, etc.
  • troubles abdominaux ;
  • Diarrhée.

L’ ouïe tend à devenir normale entre les attaques, mais avec le temps, elle tend à s’aggraver.

Diagnostic

Pour le diagnostic correct du syndrome de Ménière, plusieurs étapes sont nécessaires, y compris une entrevue cognitive des antécédents médicaux de l’patient et un examen physique par un oto-rhino-laryngologiste.

Malheureusement, il n’y a pas d’examens spécifiques ni de symptômes uniques à signaler pour diagnostiquer, qui repose essentiellement sur l’histoire et la présence de :

  • deux épisodes ou plus de vertiges d’au moins 20 minutes chacun ;
  • acouphènes,
  • déficience auditive temporaire ;
  • sensation de congestion de l’oreille.

Certains médecins effectuent un test auditif pour quantifier la réduction due au syndrome ; on croit largement que la mesure précise et la caractérisation de la perte auditive sont des facteurs d’importance fondamentale pour le diagnostic du syndrome de Ménière.

En utilisant différents types d’examens auditifs, les médecins peuvent caractériser la perte auditive comme sensorielle, c’est-à-dire provenant de l’oreille interne, ou neurale, c’est-à-dire provenant du nerf acoustique. L’enregistrement de laréponse auditive du tronc cérébral, qui mesure l’activité électrique dans le nerf acoustique et le tronc cérébral, est très utile pour distinguer entre ces deux types de diminution de l’audition. L’électrocochléographie, c’est-à-dire l’enregistrement de l’activité électrique de l’oreille externe en réaction au son, peut aider à confirmer le diagnostic.

Pour examiner l’appareil vestibulaire, adjoint à l’équilibre, le médecin irrigue les oreilles avec de l’eau chaude et froide ou de l’air. Cette procédure provoque nystagmus, c’est-à-dire des mouvements involontaires rapides des yeux, ce qui peut aider le médecin dans l’analyse du trouble de l’équilibre.

Des examens tels que l’IRM ou la tomodensitométrie cérébrale peuvent également être indiqués pour exclure d’autres maladies ; par exemple, à mesure que les tumeurs grandissent, peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cerveau. Syndrome de Ménière, une IRM est utile pour comprendre si des étourdissements et une diminution de l’auditionpeut être provoqué par une tumeur.

Soins et Thérapie

Malheureusement, il n’y a pas de remède spécifique et décisif pour le syndrome de Ménière, la thérapie est donc essentiellement destinée à soulager les symptômes :

  • Drogues. Le symptôme le plus invalidant du syndrome de Ménière est le vertige. Les médicaments sur ordonnance, tels que certaines benzodiazépines (diazépam, lorazépam,…), la bétahistine et certains antihistaminiques de la génération plus âgée peuvent soulager les vertiges et réduire leur durée. Metoclopramide utile pour les nausées, parfois des cortisoniques peuvent également être prescrits.
  • Restriction du sel et des diurétiques. Chez certains sujets, un régime pauvre en sel et un apport diurétique contrôlent la symptomatologie en réduisant la rétention d’eau du corps et, indirectement, une diminution du volume et de la pression exercée par le liquide dans l’oreille.
  • Autres changementsalimentaire et comportemental. Certaines personnes identifient la caféine, le chocolat et les aliments alcoolisés qui aggravent les symptômes, de sorte que la réduction des quantités consommées (ou par une exclusion totale) est souvent observée une amélioration des symptômes. L’abstention de fumer peut également aider à réduire les symptômes.
  • Thérapie cognitive comportementale psychologique. C’est une forme de psychothérapie qui aide à se concentrer sur les interprétations et les réactions aux expériences de vie. Chez certains sujets, la thérapie cognitive aide à mieux tolérer la nature soudaine des attaques et réduit l’anxiété pour de nouveaux épisodes possibles.
  • Injections. L’injection de gentamicine dans l’oreille moyenne aide à contrôler les vertiges, mais augmente considérablement le risque de perte auditive ; la gentamicine peut endommager les cellules microscopiques des cils de l’oreille interne servantSentez-vous. Certains médecins injectent plutôt un corticostéroïde, ce qui aide souvent à réduire les vertiges sans risque d’audition.
  • Chirurgie. La chirurgie peut trouver des indications lorsque tous les autres traitements n’ont pas réussi à atténuer les vertiges. Certaines procédures chirurgicales sont effectuées sur le sac endolymph pour le décompresser. Une autre intervention possible est la coupe du nerf vestibulaire, bien qu’elle soit effectuée plus rarement.
  • Médecine alternative. Une évaluation scientifique de certaines pratiques de médecine alternative dans le syndrome de Ménière n’a montré aucune preuve à l’appui de l’efficacité de thérapies telles que l’acupuncture, l’acupression, le tai chi, des suppléments naturels tels que le gingko biloba, la niacine (vitamine B3) ou le gingembre. Cependant, partagez avec vos soins l’utilisation de ces thérapies, car elles peuvent parfois avoir des conséquences sur l’efficacité ou l’innocuité des médicamentsconventionnel.

Sources et bibliographie

  • NIH

Adaptation de l’anglais par Dr Greppi Barbara, médecin chirurgien

Articles recommandés