L’école pourra-t-elle reprendre avant Septembre ?

attend le déconfinement, lesmodesde déconfinement sont loin d’être connus. Tant que la guérison miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier l’immunité du célèbre groupe) ne sont pas disponibles, la situation ne sera pas en mesure de revenir à la « normale »Alors que le temps . En outre, considérant le retour à l’école, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous emprunterons dans quelques mois : en d’autres termes, se reposer sur un retour à la normalité me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires scénarios (dans lesquels ils sont maintenant !).

Pour ma part, et jusqu’à aujourd’hui dimanche 5 avril (D 21 confinement), je vais donc suivre le scénario sans aucune aide médicale que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut être mélangé avec d’autres développements positifs qui le rendraient plusFlexible. Je ne parlerai pas d’évaluations, d’examens ou de concours, je parlerai seulement de l’organisation concrète et matérielle des résultats des salles de classe d’une revue de presse et des coordonnées en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des régions qui commencent à décliner dans les écoles primaires et secondaires (principalement en Chine) ?

Cela fait trois semaines que les étudiants ont été plongés de force dans une « école ou université à la maison » et beaucoup attendent déjà sincèrement qu’ils retournent en classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques contre Covid-19 depuis la fin du mois de janvier, où en sommes-nous deux mois plus tard  ? Sur un territoire qui est 15 fois en France et dont la population est 20 fois plus grande, toutes les zones non o sont affectées de la même manière. En particulier Wuhan identifié comme « propagation de la communauté de covid », est vutrès similaire à certaines régions européennes actuelles. Il convient de noter qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été considérés comme suivis et suivis, une doctrine appliquée également à Taiwan ou à Hong Kong, par exemple, je voudrais tirer des conclusions sur le statut de Paris et de la France dans cette configuration.

Les éléments de preuve provenant de la Chine donnent déjà une idée de ce qui est possible en ce qui concerne la réouverture des écoles [1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse française (Euronews, 17 mars) sur une école (apparemment primaire) située dans une zone à faible niveau de pollution (donc l’Ile de France et le Grand Est ne rêvent pas trop). Contient les éléments suivants de l’organisation de la classe :

  • Petits groupes (30 en Chine)
  • « Division des activités étudiantes »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Consommation de température plusieurs foisjour

Un autre article en anglais (reproduit par la BBC le 17 mars) explique comment reprendre avec des repas servis individuellement, des autobus scolaires avec des itinéraires adaptés et un retour à l’école sous le signe de l’apprentissage des gestes protecteurs.

Les campus sont également fermés pour prévenir la contamination externe, ce qui signifie que les lycéens sont dans des internats et que les universités ont actuellement des dortoirs, des villes universitaires en Chine.

D’ après mes articles de renseignements croisés directs et de lecture (voir les liens indiqués), certains élèves du secondaire sont de retour en classe et devraient, en priorité, :

  • On porte des masques.
  • Maintenir la distanciation sociale
  • Manger à différents moments
  • Prenez votre température trois fois par jour
  • Respecter très strictement les gestes de barrière (ainsi que leurfamilles)

Les enseignants enseignent également avec des masques. Comme vous l’avez vu, les citoyens chinois sont suivis par des codes QR qui leur permettent d’accéder aux bâtiments et aux magasins selon leur « certificat de santé ». Ces mesures s’appliquent également à l’accès aux écoles et aux campus.

Par conséquent, il est compréhensible que la politique chinoise repose principalement sur la prévention, avec trois mesures principales : l’utilisation du masque, la distanciation socialeet le contrôle constant de la température. On peut ajouter le contrôle par certificat, qui est une mesure structurelle du régime, n’étant pas prévu pour le moment par la France.

Ça semble être facile ? Non, non, non, non. Parce que sous réserve de conditions. Informations générales

En fait, la doctrine chinoise de la réouverture implique qu’ aucun cas n’ a été ajouté en 30 jours. Cette simulation computationnelle (datée du 29 deFévrier 2020) explique comment un virus (pas nécessairement Covid, et Covid est connu pour être très virulent) se propage dans les écoles. Nous avons vu quelques très beaux, je préfère celui-ci, plus explicite et concret. C’est très simple. Il présente quatre scénarios possibles lors de l’ouverture d’une école et un seul cas importé :

  1. sans masque ni mesure ;
  2. avec masque,
  3. avec boîtier de confinement,
  4. avec le confinement des cas et d’autres étudiants.

En tout cas, tout le monde est contaminé autour de D 7 et l’essentiel est : on ne peut pas ouvrir l’école sans le risque de contaminer le monde entier .

L’ Agence chinoise de contrôle conjoint des mécanismes préventifs (traduction approximative) a répondu aux questions des journalistes lors d’une conférence de presse sur la réouverture des écoles (31 mars):

Il souligne à la 12e minute que c’est le contrôle de la pandémie qui permettra ces réouvertures (y compris le logement et l’introduction de mesures de précaution).

Les écoles devraient être préparées à une éventuelle survenance de cas et renvoyer l’information en temps réel. En ce qui concerne les masques, l’utilisation serait plus conseillée en classe et non à l’extérieur.

À la 20e minute, un journaliste soulève la question de la réouverture des universités, en particulier pour le personnel et les étudiants qui doivent faire des manipulations en laboratoire. En réponse, à partir du 1er avril, les universités rouvriront progressivement selon les régions.

L’ approche recommandée est « décalée », c’est-à-dire progressive : tout d’abord, les diplômés et les scientifiques liés aux projets reviendront. En outre, le retour de lales étudiants seront conditionnés au degré de « risque » de leur région d’études et d’origine (ceux des régions fortement touchées devront attendre). C’est apparemment ce groupe de contrôle qui sera utilisé pour établir des protocoles de protection avec des normes très strictes, également liés aux besoins scientifiques de la recherche. Mais l’ouverture de l’université suit la même logique que les écoles primaires et secondaires : elles ne peuvent être rouvertes que si l’épidémie est « maîtrisée », « des arrangements scolaires ont été préparés » et « des moyens de protection sûrs ont été mis en place » [2].

Le gestionnaire rappelle aussi fortement le besoin urgent des universités et des localités de préparer des « plans d’intervention d’urgence » spécifiques et différents pour les écoles (c.-à-d. une fois qu’un cas a été identifié : que fait-on ?).

Alors que la nouvelle année académique devait avoir lieu ce printemps en Chine, trèspeu d’universités ont annoncé des ouvertures, et dans des conditions très strictes et limitées, nous pouvons le constater. Tout se passe à distance et sera probablement le cas pour tout le semestre, surtout pour les premiers cycles. Aussi en Europe, nous devons envisager cette option même d’ici septembre, sachant que les campus français, souvent multi-sites et dans la ville, ne sont pas compatibles avec l’isolement de la population étudiante (et qui travaille à côté).

Du côtéitalien (dans un article paru dans La Stampa le 3 avril), la presse se concentre principalement sur les examens et le baccalauréat, avec des sessions supplémentaires prévues pour septembre.

En Espagne , les annonces sont encore de courte durée et ne font que mentionner le fait que les cours en face à face ne seront pas repris cette année dans 30 établissements (voir El País, 3 avril).

En Belgique , pour le moment, ils sont aussi led’examiner les procédures qu’ils occupent. À l’Université Catholique de Louvain (UCL), ils s’adaptent, avec la maintenance d’examens sur place en amphi mais avec des capacités limitées (1 étudiant sur 3) et s’il n’y a pas de solution possible (mise à jour 6/04) et un mélange d’examens en ligne (plus d’informations prévues pour le 20 avril). L’année scolaire se poursuivrait jusqu’au 10 juillet (idée finalement abandonnée, mise à jour : 6/04).

En France , c’est aussi la question des examens (MCCC) et du baccalauréat qui concentre toute l’attention. Seuls deux articles récents évoquent une suite, l’un en revenant surtout dans le fait que « rien ne sera comme avant » (par @Manuel_MC et @cauthemayou) : c’est vrai, mais un peu vague. L’autre s’intéresse aux problèmes juridiques et organisationnels liés à la numérisation de masse de l’enseignement avec un entretien avec Olivier Faron, directeur général du CNAM, undistance (1 avril). Dans cet article, O. Faron fait également référence à un point faible dans la numérisation du supérieur, le manque d’offre concertée (et malheureusement noté avec la multiplication des plateformes privées pour « l’école à la maison ») :

« Le principal défi qui nous attend est de savoir comment notre offre de formation nationale peut être offerte en ligne de manière réglementée et concertée. Nous avons besoin d’un plan pour numériser nos ressources ESR. Il y a de très belles réalités (FUN, UNT, etc.), mais elles ne sont pas coordonnées. L’offre dont nous avons besoin n’existe pas. »

Cette lacune signifierait l’éditorialisation de notre offre d’enseignement et la coordination d’une offre nationale (type CND). Ce désir pieux me semble trop ambitieux pour être mis en œuvre cet été et dans un contexte de crise.

Un autre point mort est qu’il y a très peu d’information disponible sur les collègues qui ont enseigné aux aidants naturels au cours des dernières semaines , quand ils sontun groupe de contrôle très important pour les scénarios de réouverture futurs.

Comment réduire les classes et les groupes ? Comment des horaires étonnants ? Transmettre les fictions !

Nous pouvons commencer à imaginer de nombreuses solutions, plus ou moins réalisables, plus ou moins efficaces. Les municipalités sont susceptibles d’être des acteurs importants dans cette réorganisation potentiellement totale. Il se peut que elya soit étrangement fractionnaire, ou avec des zones de vacances qui ne s’élèveraient plus à C mais à M ou Z par régions ou zones ! (il s’agirait du « retour progressif » mentionné par Blanquer le 3 avril et de l’approche « stratifiée » chinoise).

On pourrait aussi imaginer des écoles à temps partiel (2 jours et demi) ou des groupes qui fréquentent toutes les deux semaines (c’est toujours le problème des frères et sœurs qui ne seraient pas synchrones) et des scénarios si différents si nécessaire le transport public scolaire (ramassage sur le terrain qui prépare toutes les écoles tôt le matin).

Dans les écoles secondaires, maintenir le groupe de classe serait une mesure importante pour éviter la propagation des élèves (il n’y a pas d’options, retourner aux cours, pardonner la réforme de Blanquer) ainsi que des salles dédiées pour éviter la dispersion des cas. Mais comment prévenir la pollution domestique de toute façon ?

On peut aussi imaginer comment cela se fait dans les écoles secondaires françaises à l’étranger (voir, par exemple, l’organisation du Lycée français de Kyoto avec le CNED) : cours à distance avec des périodes face-à-face en groupes de formation.

Au lieu de la cantine, si vous devez envisager la réduction des services, les vols dans la salle de classe (beaucoup ont vécu cela dans l’ancien temps, quand les services de cantine n’étaient pas disponibles partout) ou les services de plateaux individuels (version chinoise). Imaginez en France les heures décalées : le sixième arrive à 8 heures du matin, le cinquième à8 heures, etc., comme loisirs, etc., nous empêchons les étudiants de traverser dans des espaces communs… mais tout cela suffirait ? que peut – on faire pour les élèves dont la santé est plus fragile ou dont les parents sont particulièrement menacés  ?

Et la dernière question : comment pouvons-nous évaluer équitablement ce qui a été réalisé dans ce contexte ? Un article publié le 24 mars sur le site Web de la WBFO (Toronto Buffalo — National Public Radio) sur les conditions « stressantes » du travail en ligne (« home school », mais aussi « home college ») traite également du problème de l’évaluation de ce qui a été « enseigné » pendant l’apprentissage à distance. Comment savoir ce qui a été acquis ? Ne devrions-nous pas retourner à la pièce disparue dès le début ? c’est le problème du baccalauréat et des examens, qui est le gros problème qui est réglé en ce moment. Mais il ne devrait pas cacher le risque que la récupération — bien quen’est pas un rétablissement complet, et que le programme sacro-saint est reporté pour aider ceux qui n’ont pas bénéficié de l’illusoire « continuité éducative ». Il est probable que la question reposera en septembre.

Et en haut ? Pouvons-nous imaginer un Covid à l’école ?

En imaginant la transposition de ces limites à l’Université, on peut légitimement se demander comment récupérer s’il n’y a pas de solution médicale (vaccin, traitement efficace, tests dont les résultats, je vous le rappelle, ne sont pas vivaces, sauf pour tester la sérologie pour l’immunité). Parmi les quelques indices à imaginer, comment diviser les énormes cohortes en amphes ? le problème du manque d’espace dans la TD ? Pouvons-nous voir un entraînement en alternance (5 semaines face à face, 5 semaines d’ici ? ) ou la conférence à distance avec des TDs en face à face, dans tous les cas, s’il n’y a pas de déverrouillage radical, il estdifficile d’imaginer le même calendrier pour 2020-21 .

À ce jour, le 5 avril, ou le confinement D 21, le ministre Frédérique Vidal n’a presque rien parlé. Chaque université est composée en fonction de ses moyens et de ses compétences : on peut être sûr qu’il n’y aura pas d’harmonisation nationale des diplômes obtenus cette année, puisque les commissions de l’UFC se réunissent actuellement à Zoom pour valider les nouveaux mandats du CMCC. Et cette validation, aussi urgente qu’elle soit, n’est qu’un petit pas face à la nouvelle année scolaire qui nous attend en septembre.

Un autre problème très pratique est, si les écoles primaires et secondaires ne sont pas entièrement ouvertes ou sont à des niveaux progressifs (évidemment selon des critères inconnus), comment les parents des élèves (qui sont également des enseignants) peuvent-ils travailler ? Si tout le monde a réformé ses événements en septembre/octobre, comment allons-nous mettre trois mois en un, alors que déjà nos semestres impairs sont encoresurchargé, épuisant et totalement dédié à l’intégration des étudiants et à la mise en œuvre de l’année ?

Après avoir fait de nombreux modèles de licence (et enseignant récemment), et travaillé à mettre en commun les cours autant que possible pour répondre aux demandes de réductions budgétaires, je vais mesurer combien de mesures de prévention de la santé vont à l’encontre des modèles que nous avons récemment lancés (en particulier dans mon UFR avec des blocs transversaux – coupe et services complémentaires partagés par plusieurs ministères).

Je suppose que, à l’image du début de la crise, ce sera la cacophonie qui prévaudra, sous prétexte des adaptations nécessaires à chaque situation. Le problème est la surcharge de stress qui s’ajoutera aux mandats que nous savons par expérience qu’ils aiment être contradictoires et sans moyens supplémentaires (le célèbre : « faire plus avec moins, et surtout gérer »).

Il est clair que les écoles dans les zones rurales et urbaines ne seront passous réserve des mêmes restrictions et que les UITS et les PEC ne sont pas conformes aux mêmes directives en matière d’éducation. Tout cela est pour la fiction, entre autres : mais c’est en imaginant autant de scénarios que possible, et surtout le plus critique (le retour à la normalité est le scénario qui nécessite moins d’imagination), que l’on abordera une version possible de la prochaine réalité. L’Education Nationale et l’ESR, en tout cas, se développent aujourd’hui, après trois semaines de confinement, dans le plus grand secret (probablement pour ne pas « paniquer »). Blanquer annonce un retour à l’école en mai. On se demandait vraiment comment.

Pour ma part, si je devais penser à une chose en septembre, c’est de préparer des services qui pensent déjà à des cours qui pourraient aller à distance, et de compiler fictivement petit programme à l’avance… juste au cas où. Parce qu’aujourd’hui, nous ne voyons pas comment unrentrée normale.

MagalinachtergaelProfesseur de littérature, d’arts et de culture contemporaineUniversité de Sorbonne Paris NordAncien directeur du Département de littératureAuteur de licence et modèles maîtres

[ 1] À l’heure actuelle, je ne fais pas de distinction radicale entre l’école et l’université, car le concept de regroupement des personnes dans des chambres pendant plusieurs heures est le même, avec des limitations différentes.

[ 2] Actuellement, les étudiants à l’étranger (1,2 à 1,4 million) sont bloqués et seront informés de leur retour éventuel dès que la situation le permettra. Leur situation est très préoccupante pour le gouvernement chinois, et la mobilité des étudiants est un enjeu important dans cette crise sanitaire.

Lien  : Quand et comment pouvons-nous quitter notre maison ? Les paris sur le « déconfinement » expliqués dans les diagrammes, Par Maxime Vaudano, Jérémie Baruch, Adrien Sénécat etAgathe Dahyot, 7 avril 2020

About The Author

Articles recommandés